Vous avez envoyé CV et lettres de motivations. Un employeur vous a contacté pour le poste tant désiré. Il vous a convoqué au fameux entretien d’embauche. Le stress monte, vous vous voyez déjà perdre vos moyens devant le recruteur … Calmez-vous ! Vous trouverez ici de précieux conseils qui vous aideront à prévoir la plupart des situations auxquelles vous pourriez être confronté. Vous pourrez ainsi partir confiant et être perçu comme une personne sûre d’elle devant votre interlocuteur.

Les fondamentaux

ARRIVER À L’AVANCE LE JOUR DE L’ENTRETIEN

Et oui ! Cela va sans dire pour certains, mais être ponctuel, voire se montrer à l’avance, vous donne déjà un bon point aux yeux de celui qui vous a convoqué. Être en retard (sauf TRÈS bonne excuse) est inadmissible ! Que pourrait penser votre potentiel futur patron s’il voit un retardataire débarquer dans son bureau ? Une récente étude réalisée par Linkedin révèle des résultats incontestables : 55 % des recruteurs avouent ne pas avoir donner suite à des candidatures par manque de ponctualité. Néanmoins, si par malheur il vous arriveriez de regarder votre montre avec de grands yeux tout ronds, tachez de présenter vos plus plates excuses à votre entrée et rattrapez-vous sur l’entretien en lui-même, tout n’est pas perdu.

RESTEZ VOUS MÊMES (mais pas trop quand même …)

On entend souvent qu’il faut savoir « rester soi-même » lors d’un entretien. Effectivement, il va de soi qu’il ne faut pas jouer un rôle, il faut rester en adéquation avec les compétences et les qualités (mais aussi les défauts) que vous démontreriez si vous seriez amené à être embauché. Ainsi, ne pas mentir, que ce soit sur ses qualités humaines comme sur ses expériences passées, est une première règle. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas gommer vos potentielles maladresses : un portable qui sonne, un manque de politesse envers le personnel accueillant, une posture nonchalante, … Si vous avez tendance à parler trop vite, il faudra aussi y remédier. Évitez les « quoi ?! » ou les « hein ?! » qui peuvent sortir inopinément.

Les bonus

N’ARRIVEZ PAS LES MAINS VIDES LE JOUR DE L’ENTRETIEN

Bien-sûr l’entretien d’embauche se base essentiellement sur l’échange oral. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas arriver les mains dans les poches. Préparez au moins le CV et la lettre de motivation que vous aviez envoyés en version papier. Si votre recruteur ne l’a pas sur lui, cela fait toujours très prévoyant de l’avoir sur soi. Si vous avez des expériences et que vous postulez pour un métier où vos missions sont illustrables (audiovisuelle, design, architecture, …), n’hésitez pas à ramener des images sous forme de portfolio.

CONNAITRE L’ENTREPRISE AVANT L’ENTRETIEN

Même si vous avez envoyé des tonnes de CV et que la structure qui finie par vous contacter ne vous vient plus à l’esprit , n’hésitez pas à faire le maximum de recherches sur elle ! La première chose à faire et de retourner sur l’annonce à laquelle vous avez postulée et bien relire les missions et les compétences attendues par l’entreprise. Rendez-vous ensuite sur son site internet officiel et faites un résumé de son histoire, ses intérêts sur le marché visé, sa hiérarchie, etc, … L’étude Linkedin a également révélé que presque 20% des employeurs déclarent favoriser les candidats ayant de solides connaissances de l’entreprise le jour de l’entretien.

« DES QUESTIONS … ? »

Souvent considérée à tort comme un piège, la fameuse demande de l’employeur sur d’éventuelles questions que vous vous poseriez n’en est pas un. Elle sert simplement à terminer l’entretien sur une ouverture. Si vous avez des points que vous souhaitez approfondir, vous pouvez en parler sur le moment, cela prouvera que vous vous projetez déjà dans le poste à prendre. Cependant il n’y pas de soucis ou de gênes à avoir si rien ne vous traverse l’esprit.